90 ans du Téléphérique

  • 1934 – 2024, cette année le téléphérique de Grenoble a 90 ans !

    Pour fêter cet anniversaire, l’année sera ponctuée de toutes sortes de rendez-vous, jeux, événements, expositions, etc., et nous vous raconterons la merveilleuse histoire du téléphérique à travers 90 anecdotes !

    Et, comme nous sommes joueurs, ces petites histoires seront dispersées ici et là, dans la presse, sur les réseaux sociaux, dans le Fort, en gare inférieure, en gare supérieure et dans d’autres lieux encore !

    Nous avons déjà une multitude d’histoires dans notre sac ! Et vous ?
    Peut-être en avez-vous aussi ? Vous souvenez-vous de votre premier voyage ? Avez-vous rencontré l’amour ? Lui avez-vous donner un surnom ? Avez-vous eu peur ?

    Nous sommes curieux de savoir comment le téléphérique s’est inscrit dans votre vie ! 

  • Racontez-nous votre anecdote en lien avec le téléphérique, envoyez votre histoire sur
    info@bastille-grenoble.com

    Affiche officielle des 90 ans du Téléphérique de Grenoble
    Affiche officielle des 90 ans du Téléphérique de Grenoble

Histoire

Que se passait-il le 1er janvier 1934 à Grenoble en rapport avec le téléphérique ?

Mais au fait que se passait-il le 1er janvier 1934 à Grenoble en rapport avec le téléphérique ? Que pouvaient voir les grenoblois ?
Rien ! Si le projet était bien décidé, les architectes ne seront officiellement prévenus du succès de leur candidature que le 06 janvier 1934 et les entreprises seront choisies en février !
Pourtant 8 mois plus tard, des cabines pleines à craquer de passagers ébahis survoleront l’Isère ! 8 mois pour un aussi joli bébé, la performance mérite d’être saluée.

  • Histoire

    Trois styles de téléphérique : Un alexandrin, de l’or et du champagne

    1934, les premiers passagers du téléphérique de la Bastille embarquent à bord de cabines bleues et dodécagonales. 12 côtés : comme un alexandrin suspendu sous un câble. L’objectif est d’offrir la meilleure vue possible aux 15 voyageurs. Si la structure est métallique, les parois latérales sont en bois.

    1951, les cabines « pavillon » de 1934 sont trop vieilles et sont remplacées par des cabines en métal accueillant 20 passagers et fabriquées par la carrosserie Henri Crouzier. L’allure devient plus classique, les cabines sont d’abord peintes en vert avec un liseré jaune puis, quelques années plus tard, seront entièrement relookées aux couleurs de Grenoble : « rouge et or ».

    1976, on s’affranchit complétement de la forme cubique. Les grenoblois voient s’envoler, par petits paquets de 5, des bulles transparentes emportant 6 passagers au-dessus de l’Isère. Denis Creissel, leur concepteur, dit qu’il aimerait que ces bulles évoquent des « petites bulles de champagne s’échappant du goulot d’une bouteille. »

  • les trois générations de cabines Les trois générations de cabine du téléphérique de Grenoble depuis 1934.

  • Insolite


    Une histoire vraie

    Choisissons une saison : le printemps. Mettons dans la même histoire une jeune fille, un manque de neige, une écaille de peinture. Ajoutons-y un jeune homme courtois, un restaurant et, en ingrédient principal, notre téléphérique jaune et rouge des années 50.
    Tout commence par une sortie de ski de randonnée annulée par manque de neige. Désœuvrés, le jeune homme et ses amis se décident pour monter à la Bastille où, dans le restaurant, on donne un bal. Nos élégants, ayant troqués leurs chaussures de skis contre des souliers vernis, n’envisagent pas l’ascension de la Bastille autrement qu’en téléphérique. Les voilà dans la salle d’attente, 20 passagers maximum par cabine. Arriveront-ils à se glisser dans la même cabine que ses jeunes filles qui les précèdent ? Et puis l’incident : une écaille de peinture se détache du plafond et tombe malicieusement dans les cheveux de la jeune fille. Le jeune homme courtois n’a pas le temps de réprimer son geste que déjà sa main s’avance pour chasser cette souillure de la chevelure de la belle. Le contact est électrique, ils s’envolent ensemble au-dessus de l’Isère, se marient et … vous connaissez la suite.
    Peut-être les protagonistes de cette histoire se reconnaîtront-ils ? S’il se signalent, l’auteur de ses lignes serait enchanté d’ajouter leurs prénoms au récit.
    (Récit recueilli l’été 2023 sur le site Bastille de la bouche même du jeune homme courtois, toujours courtois mais une peu plus vieux !)

Tous nos articles sur les 90 ans du téléphérique.

Print Friendly, PDF & Email